lundi 11 mars 2013

L'empire contre-attaque : l'idée que seule une partie du pétrole est abiotique




La théorie du pétrole abiotique représente un énorme danger pour les intérêts des compagnies pétrolières et des maitres du monde. Quand les gens ont commencé à en parler sur Internet vers le milieu des années 2000, ce danger s'est concrétisé. Du coup, ceux-ci ne sont pas restés inactifs et, certainement via des think tanks de contre-intelligence, ont monté une théorie permettant de contrer et de dévier les arguments de la théorie abiotique (méthode dite de "contrôle des dégâts"). Ils ont ensuite envoyé des tas d'évangélistes rémunérés sur les forums et les blogs pour répandre cette théorie et neutraliser celle du pétrole abiotique. Et comme ils ont réussi à convaincre beaucoup de gens de la justesse de la théorie du peak-oil, ils ont rapidement pu bénéficier d'idiots utiles qui ont relayé cette propagande gratuitement.

Un des arguments servant à neutraliser la théorie du pétrole abiotique est l'idée que seule une partie du pétrole serait d'origine abiotique. Tout le pétrole pompé à des distances autres qu'ultra-profondes serait d'origine biologique ; et seul le pétrole ultra profond serait d'origine abiotique. Donc, seule une très faible partie du pétrole extrait actuellement serait d'origine abiotique. On ne manque alors pas de suggérer que puisque seule une faible partie du pétrole extrait actuellement est d'origine abiotique, les quantités de pétrole abiotique seraient faibles d'une façon générale.


Corolaire de l'idée que seul le pétrole ultra profond serait abiotique, le pétrole abiotique serait très cher à extraire, à cause des profondeurs extrêmes où il faudrait aller le chercher. Donc, il serait presque non rentable.

Le premier argument permet de neutraliser la théorie du pétrole abiotique en faisant croire qu'on la connait depuis longtemps et qu'on en a tenu compte. On suggère que les partisans du pétrole abiotique ne feraient que ressasser une vieille théorie prise en compte depuis très longtemps. Ils ne seraient en rien révolutionnaires. Et par ailleurs, les partisans de la théorie officielle ne seraient en rien des gens cherchant à cacher une vérité gênante. Ce seraient des gens ouverts, mais qui ont simplement remis la théorie abiotique à sa place, à savoir qu'elle n'a qu'une importance mineure puisque le pétrole abiotique ne représenterait qu'un très faible pourcentage de l'ensemble du pétrole.

En plus, ça permet d'avoir une théorie entre-deux qui est présentée comme étant le juste milieu. Le genre "la vérité se trouve entre les deux extrêmes", ça plait à beaucoup de monde. C'est consensuel.

Et sur le fond de l'argument, ça permet de laisser entendre que le pétrole abiotique ne représente qu'une faible part du pétrole exploitable et que ça ne pourra jamais satisfaire qu'un tout petit pourcentage des besoins actuels en pétrole.

Par ailleurs, le fait de faire croire que l'industrie pétrolière est de bonne foi sur la théorie abiotique permet d'escamoter subrepticement un autre mensonge : celui sur l'étendue des réserves de pétrole. Exit la problématique introduite par la théorie abiotique sur la réalité des réserves et le mensonge sur celles-ci de la part des compagnies pétrolières.

Le deuxième argument permet de dire que même s'il y a du pétrole abiotique, ça ne sert à rien d'en chercher, parce que ce n'est pas rentable.

Et d'une façon générale, les prix actuels élevés continuent à être justifiés. Si l'industrie pétrolière ne ment pas sur ses réserves ; qu'il y a seulement un infime partie du pétrole actuel qui est abiotique et que celui qui serait éventuellement accessible en grandes quantités est non rentable, on désamorce l'idée que les prix élevés sont une arnaque.

Donc, au final, c'est presque "circulez, y a rien à voir".


Avec cette façon de présenter les choses, les gens mis au courant de cette théorie ne vont pas chercher plus loin. Comme on ne reconnait l'existence que d'une petite quantité de pétrole abiotique, que par ailleurs, la théorie officielle n'est pas remise en cause (les deux théories cohabitent), et qu'on appuie bien sur le fait que la théorie biotique est ridicule et pas intéressante, la charge révolutionnaire de cette théorie est désactivée. Et la plupart des gens ne prendront pas la peine de se renseigner pour si peu.



Evidemment, puisque ces arguments ne cherchent pas à contrer de front la théorie du pétrole abiotique, mais à mentir de façon patente ou par omission, ils sont faciles à démonter :
  • La théorie du pétrole abiotique est basée sur une remise en cause générale de la théorie officielle. Et si la théorie officielle est totalement fausse, alors tout le pétrole est forcément d'origine abiotique Et c'est bien ce qu'affirme la théorie du pétrole abiotique. Elle dit que tout le pétrole est d'origine abiotique. Elle n'a jamais dit que seule une partie du pétrole l'est, contrairement à ce que voudraient faire croire les propagandistes en question en présentant une théorie abiotique amputée de ses éléments les plus cruciaux
  • L'orthodoxie du pétrole n'a jamais parlé du pétrole abiotique avant le milieu des années 2000. Elle n'a jamais reconnu qu'une partie du pétrole était abiotique avant ça. Ce n'est que depuis que la théorie du pétrole abiotique a commencé à se répandre qu'ils se sont sentis obligés d'en parler très vaguement (et la plupart du temps non officiellement) clairement afin de la contrer. La reconnaissance du bout des lèvres de l'existence d'une toute petite part de pétrole abiotique est à but uniquement stratégique
  • L'extraction à grande profondeur est peut-être plus chère que l'extraction classique. Mais beaucoup plus de pétrole peut en être tiré. Donc, c'est parfaitement rentable
  • Par ailleurs, on fait bien des plateformes off-shore qui coutent extrêmement chères. Et pourtant, ça reste rentable. Donc, il n'y aucun raison qu'un forage profond fait sur terre, qui devrait couter moins cher, ne le soit pas
  • Et de toute façon, l'industrie pétrolière et les maitres du monde mentent aussi sur la quantité disponible de pétrole qui n'est pas ultra profond. Donc, même les réserves moins profondes sont certainement 100 fois plus importantes que ce qu'on veut nous faire croire. On n'a pas d'un côté ces gens là qui diraient la vérité sur les réserves "conventionnelles" et de l'autre qui mentiraient sur les réserves ultra profondes. Non, ils mentent sur les deux. Et en plus, ils mentent par omission sur le fait que les réserves à plus ou moins faible profondeur peuvent se régénérer, alimentées par les réserves plus profondes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire